Entrevue avec Mathieu Fortin

21 octobre 2010 | par Soizic Josse
visuel de l'article

Vous le connaissez, tout le monde lit ses romans, petits comme grands, et on a le plaisir de l'avoir sur Côté Blogue comme blogueur! Voyons ce qu'on découvrira de plus sur lui!

1- Présente-toi comme si tu étais un des personnages de tes livres.

REP : Allons-y avec des informations comme sur une fiche de personnage… Mathieu Fortin, pas très grand, assez costaud, cheveux bruns, yeux bruns, a beaucoup cherché ce qu’il devait faire de sa vie, a réalisé que depuis toujours, il veut écrire des romans, est attiré par la littérature fantastique et la science-fiction depuis le départ, publie des nouvelles depuis 2003, a publié son premier roman en 2008 et publie ses 8ieme, 9ieme et 10ieme livres cet automne. Occupe un emploi stimulant en éducation, a quitté l’enseignement pour avoir plus de temps pour l’écriture, ne possède pas de pouvoirs paranormaux, n’a jamais vu de fantôme ou de créatures étrange. A choisi la passion plutôt que l’argent. Conjointe : Gabrielle, illustratrice et graphiste. Enfant : Rosanne, 6 mois. N’aime pas travailler avec un plan trop précis, adore la sensation de créer et d’inventer ressentie lors de l’écriture, se laisse guider par les personnages.

PS : On peut voir que je note assez pêle-mêle sur mes personnages…

2- 10 livres : 3 adultes / 7 jeunesses de à jeunes adultes! Pourquoi écrire des livres d’horreur de suspense pour enfants et ados?

REP : On a tous le droit d’avoir des frissons et de vivre des émotions fortes, non? Il n’y a pas d’âge pour faire l’apprentissage de la peur : lire de l’horreur et du suspense permet aux gens d’exorciser leurs craintes et de se questionner sur comment ils auraient réagit dans les diverses situations. Sinon, au départ, je ne croyais pas écrire pour les plus jeunes : ados, oui, mais encore là, j’essaie, quand j’écris pour les ados, d’être intéressant pour des adultes aussi, en leur offrant un niveau de lecture qu’ils peuvent apprécier. C’est du divertissement, mais on peut y voir beaucoup de trucs cachés, si on lit avec des yeux d’adulte (et d’autres encore avec des yeux de lecteur expérimenté).

3- À l’instar de Patrick Senécal avec Drummondville, Trois-Rivières, ville idéale pour des histoires hors normes?

Trois-Rivières, c’est une ville bicéphale : les vieilles bâtissent côtoient les restos hyper modernes, des quartiers défavorisés jouxtent des quartiers plus riches. C’est du sauvage avec du domestique. J’adore mettre cette ville en mots : elle regorge de lieux et de particularités qui en font un lieu idéal pour des histoires d’horreur.

4- Tes méthodes d’écriture? Ton inspiration?

REP : J’écris aussitôt que c’est possible, si j’ai un ordi à portée de main, idéalement. J’aime beaucoup écrire dans les cafés, parce que le bruit autour et l’animation m’aident à entrer dans ma bulle. Mon inspiration, outre les petits faits de notre quotidien, que j’exploite plutôt dans mes romans pour adultes, ce sont toutes les occasions ratées, les « et si? » de la vie. Je me demande qu’elle serait ma réaction dans telle ou telle situation, et j’essaie de comprendre comment réagirait quelqu’un avec un autre bagage que le mien. Disons que face à des esprits ou des monstres, les réponses varient!

5- Tes expériences avec tes lecteurs : salons du livre / écoles qu’est-ce que ça t’apporte? De quoi parles-tu?

REP : J’adore le contact avec les lecteurs, autant les jeunes, les ados que les adultes. J’ai enseigné quelques années et je travaille avec des jeunes tous les jours, donc je n’ai pas de difficulté à établir rapidement un contact avec eux. Je trouve les jeunes enrichissants et leur culture littéraire est, je trouve, plus grande aujourd’hui qu’il y a 10 ans. Ils lisent, ces jeunes, plus que les médias l’annonce. J’aime bien parler aux jeunes des processus d’écriture de la littérature fantastique et partager mon expérience du monde du livre. On a beaucoup tendance à voir le côté romantique de l’écriture, mais la publication et l’édition, c’est totalement autre chose et j’aime bien démystifier.

6- Sur quel projet as-tu le plus trippé?

REP : Chaque projet est intéressant à développer, mais mon préféré est certainement la série Entités, sur laquelle je travaille encore, car seulement 2 tomes ont été publiés jusqu’à maintenant. Entités, c’est le roman que j’aurais voulu lire étant ado, mais on ne traduisait pas encore les Américains qui écrivaient ce genre de fantastique urbain et il ne s’en faisait pas en francophonie. Entités, c’est beaucoup de sueur et de sang : la première version date de 2005, alors que le premier tome a été publié en 2009! Je ne compte plus les versions produites du premier tome, pour arriver à un résultat que je trouve satisfaisant. C’est une histoire complexe, plus que celles qu’on retrouve habituellement dans les romans pour ados, et chaque fois que je retrouve ces personnages d’ados aux prises avec des pouvoirs qu’ils ne comprennent pas, je trippe! Casimir, Corinne et Victoria sont des facettes de ma personnalité et c’est amusant de les exploiter à fond.

7- Parles-nous de ton dernier roman? La rentrée littéraire s’annonce comment?

REP : Cet automne, je publie encore trois titres très variés. Morphoses est un recueil de nouvelles pour adultes, publié aux éditions Les Six Brumes. Il s’agit d’une compilation de mes nouvelles fantastiques, de 2003 à aujourd’hui. Je publie aussi Le royaume des âmenivores, mon troisième roman dans la collection Zone Frousse, une petite histoire de peur pour les 8-12 ans. Mais la grosse publication de l’automne, c’est le tome 2 d’Entités, intitulé Trahisons, où j’amène le lecteur à véritablement explorer tout l’univers des pouvoirs paranormaux et des Entités. Plusieurs groupes se mettent en place et le lecteur comprendra de plus en plus les véritables enjeux de la saga…

Merci Mathieu d'avoir répondu à nos questions!

Vous pouvez retrouver toutes ses chroniques ici, Mathieu Fortin sur Côté Blogue, et tout ce qui se dit sur lui et ses œuvres là!

Publié le 21 octobre 2010 dans: Littérature québécoise, Jeunesse, Science fiction/horreur

Share

1 commentaire

Par Tiny le 23 octobre 2010
Merci beaucoup Soizic pour ton entrevue avec Mathieu Fortin. J'aime vraiment beaucoup cet auteur et cela m'a vraiment intéressé de pouvoir en apprendre davantage sur lui!

Laisser un commentaire

captcha

À propos du blogueur

Billet(s) récent(s) du blogueur