Masters of the Universe: Il n'y a pas que G.I. Joe et Transformers qui exploite la popularité des jouets (1987)

18 mars 2010 | par Mathieu Lemée
visuel de l'article

Comme pour G.I. JOE et TRANSFORMERS, récemment adapté au cinéma, les personnages de MASTERS OF THE UNIVERSE ont été rendus populaires dans les années 80 sous forme de jouets guerriers populaires auprès des enfants typiquement américains. Ils ont même fait les frais d'une série animée pour la télévision et d'un comic book envahissant les étagères des marchands de B.D. Tout cela ne garantit évidemment pas une succès cinématographique, comme vous allez vous en rendre compte dans les lignes qui vont suivre.

Sur la planète Eternia, un génie du mal du nom de Skeletor s'est emparé de la forteresse des forces du Bien afin de dominer la planète et de s'emparer des pouvoirs de la sorcière y assurant l'équilibre de la vie. Mais quelques habitants s'opposent à lui dont le dénommé Musclor (He-Man dans la version originale), un colosse sympathique aidé de ses amis. Celui-ci sauve la vie d'un nain inventeur, Gwildor, des sbires de Skeletor qui convoitait sa dernière invention: la clé cosmique.

Forcé de l'utiliser pour échapper aux créatures de Skeletor, Gwildor entraîne Musclor et ses amis malencontreusement sur la planète Terre. Échoué dans une petite ville de Californie, Gwildor trouve le moyen d'égarer la clé cosmique qui est tombé entre les mains de deux adolescents. Alors qu'ils recherchent la clé, Musclor et ses amis doivent triompher de diverses embûches car Skeletor est parvenu à lui envoyer des ennemis redoutables pour les éliminer. L'intervention zélé d'un inspecteur de police local vient également compliquer la tâche de Musclor.

Toujours à l'affût d'un succès commercial où il ne faut pas trop se casser la tête, la compagnie CANNON GROUP INC., réputé pour ses films d'actions patriotiques, a décidé de profiter de l'engouement des jeunes pour les personnages de MASTERS OF THE UNIVERSE, crées par la compagnie de jouets MATTEL, en les illustrant en chair et en os sur grand écran. Dire que leurs aventures sont d'un simplisme tonitruant serait un euphémisme.

Devant les problèmes financiers des producteurs au moment du tournage, les auteurs ont su trouver un prétexte capricieux pour amener les personnages sur Terre, question d'économiser sur le budget. À cause de ces contraintes, les trucages sont inégalement soignés: ils sont parfois réussis, parfois merdiques.

La mise en scène, assurée par un spécialiste des parcs d'attraction en 3-D, se veut très pesante et elle s'alourdit davantage avec l'omniprésence d'une musique bruyante aux accents wagnériens qui appuie inutilement chaque scène.

En quelque sorte, le film semble imiter le succès de CONAN LE BARBARE en employant les mêmes recettes du genre Heroic Fantasy, mais c'est peine perdue. L'humour est tellement facile et niais que le spectateur indulgent rigole bien plus du ridicule des costumes et des situations abracadabrantes.

Il faut donc regarder MASTERS OF THE UNIVERSE avec beaucoup de candeur afin de pouvoir se bidonner devant tant de balivernes. Dolph Lundgren, alors à son premier film comme vedette après son rôle de méchant dans ROCKY IV, est tout en muscles et rien dans l'expression, ce qui n'étonnera personne. Quant à Frank Langella, son jeu ne craint pas la démesure dans la peau d'un Skeletor farouchement narcissique. À noter qu'un remake est prévu pour 2011.

Publié le 18 mars 2010 dans: Action, Science-fiction

Share

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

captcha

À propos du blogueur

Pochette
Mathieu Lemée

Baccalauréat en histoire et certificat en scénarisation cinématographique. J'ai une passion pour le cinéma, les arts, la lecture, l'écriture la musique, les musées, les sports et la culture générale. J'écris actuellement des chroniques sur le cinéma, le sport, l'humour et la culture sur 4 sites web ...

Billet(s) récent(s) du blogueur