"Sud" de Julien Green

01 mars 2012 | par Denis Quenneville
visuel de l'article

Selon Aristote, une tragédie est la purification d’une passion dangereuse par une libération véhémente.

On ne saurait mieux dire et on ne peut mieux résumer cette pièce de théâtre en trois actes. Je lis cette pièce pour l’introduire dans un ouvrage parallèle mais n’empêche que les visionnements dernièrement d’Incendies et de Monsieur Lazhar m’ont fait comprendre la grandeur du théâtre qu’on ne lit pas assez. Pourtant c’est simple, c’est court, aucune perte de mots, d’espaces, ça se doit d’être punché, efficace. Le public est à quelques pieds, on peut l’entendre respirer, on a le pouls de celui-ci immédiatement, pas de niaisage.

Julien Green, j’ai déjà écrit ici sur lui-voir le lien plus bas-est un Français dont les parents sont d’origine américaine, sudistes pour être plus précis. Il a terminé ses études aux États-Unis, fut brancardier américain durant la Première Guerre mondiale et mobilisée en 42, il travailla à la radio aux États-Unis.

Dans cette pièce, nous sommes transportés dans le sud qui va voir la guerre de Sécession éclater dans quelques heures. L’action se situe dans la maison de Edward Broderick, un riche planteur du Sud qui y accueille Ian Wiczewski, un soldat du Nord, Polonais d’origine peu concerné par la guerre qui vient et qui tombe sous le charme de Erik McClure: un coup de foudre. Il y a les filles de M. Broderick éprises de l’un et l’autre des hommes, il y a M. Broderick qui lui aussi laisse sous-entendre qu’il eut jadis un amour « secret ». Il y a la question des Noirs, la guerre qui s’annonce, le piétisme du Sud et toute cette tragédie qui ourdit.

Nous sommes à une date charnière du monde libre, soit la guerre de Sécession et les enjeux dramatiques qui l’engendrent. Mais malgré tout ça, c’est l’amour qui déclenche tout ce drame. L’amour d’un homme pour un autre homme dans le sud puritain de 1861. Écriture sobre, mais chargée de drame comme toute l’œuvre de Green hormis son Journal plus léger, mais quand même profond.

Autre billet sur Julien Green.

Publié le 01 mars 2012 dans: Littérature

Share

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

captcha

À propos du blogueur

Pochette
Denis Quenneville

Denis Quenneville

Né à Chicoutimi il y a longtemps, demeuré 20 ans à Rimouski, bourlingué un peu partout, marié à une charmante gaspésienne, assez culturel et ça va.

Billet(s) récent(s) du blogueur